Rechercher

Sur ce site

Sur le Web du CNRS

Partenaires

CNRS
UMR IDESS GeoSysCom GéoSud MTG Université du Havre

--------

 

 


Accueil du site > Équipes > Aménagement et développement territorial > Présentation générale

Présentation générale

Composition de l’équipe : Alban Bourcier ; Samuel Deprez ; Lilian Loubet ; Patricia Sajous ; Philippe Vidal.

Dans un contexte de décentralisation, d’étalement urbain et de métropolisation accrus, l’aménagement du territoire apparait telle une alchimie délicate mêlant bien-être des habitants et performance économique. Le « développement équilibré » des territoires se confronte aux enjeux d’attractivité, de compétitivité, de gouvernance multiniveaux obligeant les acteurs de l’aménagement à repenser voire renouveler leurs outils. Face à la complexité des changements, le chercheur peut être amené à s’engager. Ainsi les chercheurs du CIRTAI travaillent aux cotés des responsables locaux et nationaux selon diverses modalités : formation, expertise, recherche-action. Ils investissent le champ académique au travers de leurs différents travaux d’analyse :
  des recompositions territoriales actuellement à l’œuvre en France comme à l’étranger
  des politiques publiques des modèles de développement et des projets de territoires
  des outils de planification
  des gouvernements locaux et des modèles de gouvernances

Dans cette perspective, plusieurs chantiers de recherche sont actuellement en cours :

• La construction intercommunale (Référent : L. Loubet)

Il s’agit d’étudier le processus d’intercommunalisation d’un point de vue qualitatif et d’observer la dynamique qui conduit les acteurs (élus, techniciens, citoyens) à coopérer sur de nouveaux périmètres. La coopération intercommunale est analysée au regard des apprentissages opérés. L’apprentissage de la coopération intercommunale est considéré comme un processus conduisant les acteurs locaux à réviser leur action et ses références dans une démarche intercommunale, à limiter les dynamiques concurrentielles (entre communes membres), à dépasser la prégnance du territoire municipal en valorisant le devenir du territoire communautaire. Cet apprentissage se réalise par mise en tension des éléments :
  identitaires (« territorialité », sentiment d’appartenance au territoire…),
  politiques (appréhension d’une nouvelle logique gouvernementale : du gouvernement municipal au gouvernement intercommunal)
  et techniques (capacité de l’acteur à disposer voire élever son niveau d’expertise, de ressources, de savoirs et savoir-faire). Dans ce système complexe, processus d’apprentissage et processus décisionnel s’interpénètrent : le degré de participation à la décision détermine l’apprentissage intercommunal et inversement la participation à la décision communautaire est conditionnée par le niveau d’apprentissage des acteurs.

• Prospective et innovation en ingénierie territoriale (Référent : A. Bourcier)

Il est question d’analyser ici les enjeux du Grenelle de l’environnement et les nouvelles approches de la planification territoriale afin de mieux intégrer les préoccupations de développement durable dans l’élaboration des projets d’aménagement et des documents d’urbanisme. Il s’agit d’étudier, du point de vue des outils et des protocoles méthodologiques, les expériences « pionnières » en matière d’aménagement durable, tout en anticipant les dynamiques territoriales pour la maîtrise des processus d’urbanisation. Aussi, les problèmes d’articulation, de compatibilité et de mise en cohérence des réflexions aux différentes échelles de décisions territoriales (de la planification aux opérations d’aménagement et de leurs implications) seront particulièrement au centre du questionnement. A cet effet, les problématiques suivantes seront privilégiées : dimension territoriale de la gouvernance et processus évaluatifs ; élaboration, conduite et évaluation des politiques publiques territorialisées ; planification urbaine durable (repenser la ville : approche systémique) ; écologie territoriale et optimisation du métabolisme urbain (enjeux liés à la biodiversité). Ces champs d’investigation devraient permettre d’évaluer les relations entre les divers documents et procédures de l’aménagement du territoire et, de cerner les incidences de ces relations dans l’émergence de la ville durable, au carrefour des concepts de la ville compacte et de la ville en transition (accords et controverses). La finalité pourrait être la construction progressive d’un cadre de référence pour les projets territoriaux soutenables (grille d’analyse comparative territorialisée).

• La fabrique de la ville à l’aune des usages des réseaux techniques (Référente : P. Sajous)

Nous nous intéressons au rôle des réseaux techniques dans l’espace urbain. Nous nous appuyons sur les apports du courant de l’urbanisme des réseaux initié à partir de l’ouvrage du même nom (Dupuy, 1991). Les réseaux techniques sont aujourd’hui constitutifs de la ville et de l’espace urbain. Nous privilégions l’étude des réseaux techniques routiers, d’éclairage public et d’internet. Il s’agit de décrypter les choix de politiques d’aménagement, les usages et plus largement la compréhension de la ville. Dans le cas des usages, nous élaborons des protocoles d’enquête répondant aux caractéristiques d’usage des réseaux techniques avec passation in situ et en temps réel. Nous nous inscrivons dès lors dans la réflexion sur les rencontres, confrontations, fusion entre modèle urbain latin et modèle de « la ville émergente » (Y. Chalas). Des pratiques émergent et questionnent le lien à l’urbain : le télétravail, les nouvelles formes de mobilités, les réorganisations en lien avec les pratiques environnementales.

• Le territoire comme projet hybride, instable et circonstanciel (Référente : M. Axente)

Le territoire est " un construit " hybride (matériel et idéel), instable et circonstanciel par l’action politique et également par le vécu de ses résidents. Agir sur son devenir suppose de connaître les divers acteurs concernés et de permettre le croisement des multiples regards qui lui sont portés car les représentations agissent sur la façon de concevoir, vivre et pratiquer un territoire. L’acteur politique met au jour le territoire par des projets. Ces projets peuvent avoir comme principale finalité un nouvel espace de pouvoir, des nouvelles limites, des nouvelles structures. Ils peuvent également reposer sur des thématiques communes aux divers acteurs qui les mobilisent solidairement. C’est le cas du tourisme, dont les enjeux diplomatiques, économiques et identitaires s’entrecroisent. Les recherches permettent de mettre en évidence la nécessité de connaître, d’analyser et d’articuler les représentations des différents groupes d’acteurs, pour mieux rapprocher la décision de la réalité du terrain, l’action de la prospective territoriale.

• Territoires et Technologies de l’Information et de la Communication (Référent : P.Vidal)

L’étude de l’influence des Technologies de l’Information et de la Communication (TIC) sur les dynamiques territoriales constitue le cœur d’une démarche qui considère que les usages de ces technologies, leurs appropriations, voire leur non-usages parfois, contribuent désormais fortement aux processus contemporains de transformation des sociétés. Les phénomènes peuvent s’envisager en tant qu’aménageur, soucieux d’analyser les politiques publiques d’aménagement et de développement numérique des territoires, mais peuvent parfois revêtir une coloration plus géographique quand il s’agit par exemple de comprendre les modifications profondes que les TIC engendrent sur l’habiter ou sur la production de nouvelles territorialités. Des domaines d’études aussi différents que le tourisme, la coopération décentralisée, le traitement du handicap, le vieillissement, la construction intercommunale, l’habiter périurbain, la construction des ruralités, ont pu fournir des réponses face aux trois questionnements qui constituent une sorte de fil conducteur de ma démarche de géographe aménageur :
  Qu’est ce qui explique l’inégale diffusion et l’inégale appropriation des TIC au sein des territoires ?
  Quels sont les types de dynamiques territoriales que les TIC génèrent ?
  Dans quelles mesures et sous quelles conditions les TIC redonnent de la valeur à l’espace ?

• Commerce et territoires (Référent : S. Deprez)

La question du commerce est ici appréhendée dans une optique de compréhension des interrelations entre le fait commercial, la pratique des lieux par les consommateurs et les dynamiques territoriales à l’œuvre, en zones urbaines comme dans des espaces plus ruraux. Une première entrée, fonctionnelle, retient pour objets d’étude les comportements d’achats et stratégies des acteurs économiques, relus notamment à l’aune du développement du e-commerce et de ses implications sur le devenir des lieux du commerce et les modalités de réalisation de l’activité marchande. La seconde, plus urbanistique, s’intéresse davantage aux rôles de l’outil commercial dans le développement et l’aménagement des territoires. Elle interroge, en autres, les opérations et programmes d’urbanisme commercial dans le cadre plus large des politiques de la ville. La question du contrôle et du marquage de l’espace d’une part et celle des mobilités d’autre part sont dans ce cadre privilégiées.

Participation à des projets en cours ou récemment achevés

• APLOG – Perspective de la logistique dans le monde et dans la Région Haute-Normandie – Contributions d’Alban BOURCIER aux axes « Tendance vert », « Prospective dans le territoire de l’axe Seine » & « Politiques publiques pour un développement de la logistique en Haute-Normandie » (ISEL). Responsable scientifique : M-L. Baron Durée : 2010-2014

• COALAS, aide à la mobilité des personnes handicapées, projet Interreg conduit par l’EISIGELEC (Union-Européenne / Interreg) Responsable scientifique : N. Ragot Durée : 2012-2015

• Commerce et Tramway au Havre. (Chambre de Commerce et d’Industrie du Havre) Responsable scientifique : S. Deprez Durée : 2012-2013

• Dynamiques du peuplement, des formes urbaines et des mobilités dans les territoires de la périurbanisation. Quels enseignements au regard des enjeux du développement durable (projet porté par le LVMT-Paris Est / ENPC, financement PUCA) Responsable scientifique : A. Aguiléra Durée : 2012-2013

• ERU (Espaces et réseaux urbains) – GDRI CNRS & Institut de géographie de l’Académie des sciences de Russie – Réunir des géographes spécialistes de la Russie, des États post-soviétiques et des pays de l’Europe centrale ainsi que des spécialistes des villes, des réseaux urbains et de la gouvernance urbaine afin d’approfondir l’étude et la connaissance des processus en cours dans l’organisation et le fonctionnement des villes post-soviétiques, évaluer les formes de la gouvernance urbaine et analyser les phénomènes de métropolisation aux différentes échelles. Contribution d’Alban BOURCIER sur l’axe thématique « Ville durable ». Responsable scientifique : P. Thorez, V. Kolossov Durée : 2009-2014

• Identités et Appartenance face au Monde (IAM) (Pôle de Recherche en Sciences Humaines et sociales du Havre) Responsable scientifique : C. Didelon Durée : 2013

• Les espaces périurbains habités par le numérique ? Le cas de la Normandie, Financement CERTU DGUHC- programme « Etudes sur les espaces sous influences urbaines ». Responsable scientifique : P. Vidal Durée : Décembre 2009-2011 Institution : Abrité à l’UMR IDEES CIRTAI 6266-Université du Havre

• Les transformations des territoires de l’action publique en Haute-Normandie - Axe 2 : Organisations et développement des territoires (GRR CSN) Responsable scientifique : H. Jennequin Durée : 2012-2013

• L’habitat spontané aux marges de la ville. Le plateau Nord de Dollemard (Ville du Havre) Responsables scientifiques : S. Deprez, P. Vidal Durée : 2010-2011 Institution : Abrité à l’UMR IDEES CIRTAI 6266-Université du Havre

• L’internet territorial au service de la gouvernance urbaine : Pointe Noire Numérique (P2N)- projet de coopération décentralisée en matière de solidarité numérique, MAEE Responsable scientifique : P. Vidal Durée : Décembre 2010-2014 Institution : Abrité à l’UMR IDEES CIRTAI 6266-Université du Havre

• Mise en place d’un Observatoire du territoire de Weda (Halmahera, Province des Moluques du Nord, Indonésie), dans le cadre de l’implantation du complexe d’exploitation minière et industrielle de Weda bay Nickel. Responsable scientifique : A. Bourcier Durée : 2010-2016

• MTY LOG – Projet de recherche et de développement collaboratif ayant trait à la gestion des conteneurs vides – Contribution d’Alban BOURCIER au Work Package n° 4 « Environnement » qui vise à réaliser un diagnostic environnemental des flux et stockage de conteneurs vides au sein du Grand port maritime du Havre et de faire des recommandations. (CRITT Transport & Logistique ») Responsable scientifique : A. Bertelle Durée : 2013-2015 (projet soumis)

• Observatoire du e tourisme, approche comparée France-Corée du Sud, PHC STAR 2012, projet n°27812PK, CAMPUS France Responsable scientifique : P. Vidal Durée : 2012-2013 Institution : Abrité à l’UMR IDEES CIRTAI 6266-Université du Havre

• Structuration et appui à l’animation du Réseau des Acteurs Normands de la Commande Publique Eco-Responsable-RANCOPER (ADEME) Responsable scientifique : P. Vidal Durée : 2013 Institution : Abrité à l’UMR IDEES CIRTAI 6266-Université du Havre

Bibliographie selective

BAKIS H., VIDAL P., 2010, « Geography of information society », chapter 5, pp 71-87, in REBER Bernard, BROSSAUD Claire, Digital cognitive technologies epistemology and knowledge society, wiley-iste, mars 2010, 448 p.

BOURCIER A., 2012, « Le paysage au service de la biodiversité dans la ville durable – Pour une écologie urbaine soutenable », In VertigO – La revue électronique en sciences de l’environnement [en ligne], Hors-série 14, Actes du colloque « Paysages et biodiversités de la Caraïbe et des Guyanes – De la connaissance et de la représentation des paysages à leur aménagement durable », 10 pages.

BOURCIER A., 2012, « Shared problems of urban sustainable development », Actes du colloque « Diversity in globalised society – The role of Asia Africa for a sustainable world », Gadja Mada University Graduate School, Yogyakarta (Indonésie), Octobre 2010, 3 pages.

BOURCIER A., 2011, « Stratégies foncières et documents d’urbanisme – Les outils de la gestion du foncier », Actes du colloque « Territoires ruraux et périurbains – Les enjeux du foncier », Club foncier haut-normand & DREAL Haute-Normandie, Publication en ligne, 24 pages.

BOURCIER A., LEBEAU S., 2010, Elaborer, manager et évaluer une stratégie de territoire en faveur des transports durables – Efficacité des projets et des politiques publiques, Phase n° 2 « Orientations et programmes d’actions », Volume n° 1 « Rapport d’étude », CPER 2008-2011, 72 pages.

BOURCIER A. & LEBEAU S., 2010, Elaborer, manager et évaluer une stratégie de territoire en faveur des transports durables – Efficacité des projets et des politiques publiques, Phase n° 2 « Orientations et programmes d’actions », Volume n° 2 « Référentiel des actions en fonction des orientations stratégiques », CPER 2008-2011, 64 pages.

DEPREZ S., VIDAL P., 2014, « L’habitat auto-construit aux limites de la ville : Des classes populaires havraises en quête d’ailleurs » (à paraître) in Espaces et Sociétés.

DEPREZ S., 2013, « Centres commerciaux et rénovation urbaine : le renouveau de la ville en mode dis-continu. Portraits croisés de Rouen et Le Havre », (à paraître) in LEBRUN N., (Dir), Commerces et Discontinuités, Arras, Éditions Artois Presses Université.

LOUBET L., VIDAL P., 2013, « Les politiques numériques, vecteur d’apprentissage de la coopération intercommunale ? Le cas de l’agglomération havraise », (à paraitre) in Territoire en mouvement.

LOUBET L., 2012, « L’apprentissage de la coopération intercommunale : modalités et instruments », in L’espace Politique, n°18. Article disponible en ligne : http://espacepolitique.revues.org/index2454.html

LOUBET L., 2011, « L’étalement urbain à l’épreuve de la complexité intercommunale : analyse des modèles de coopérations dans l’agglomération toulousaine », in Revue Sud-Ouest Européen, n°31, p.89-112.

LOUBET L., 2011, « Les maires confrontés à l’apprentissage de l’intercommunalité : l’exemple de l’agglomération toulousaine », thèse de doctorat en géographie-aménagement, Université de Toulouse-Le Mirail, soutenue le 5 octobre 2011, 474 p. Thèse disponible en ligne : http://tel.archives-ouvertes.fr/index.php ?halsid=b1kdl4127t9g19lfkpdacbqmf7&view_this_doc=tel-00638938&version=2

SAJOUS P., 2012, « Qualité des déplacements piétons de nuit : inciter les collectivités territoriales à progresser », in M.A. Granié et al., Qualité et sécurité du déplacement piéton : facteurs, enjeux et nouvelles actions, 3° colloque francophone international du GERI COPIE, 13 et 14 octobre 2011, Les collections de l’INRETS, Bron, p. 51-66

SAJOUS P., MARTINET P., 2012, « Requalification d’une ville moyenne et effets structurants de l’aménagement universitaire : le cas du Havre », in P. Ingallina (ed.), Universités et enjeux territoriaux. Une comparaison internationale de l’économie de la connaissance, Septentrion, Villeneuve d’Ascq, p. 209-222.

SAJOUS P., 2011, « L’expérience SOHO solo dans le Gers : exemple d’une campagne innovante ? », revue Netcom, numéro thématique Labours et jachères numériques dans les territoires ruraux ; Article disponible en ligne : http://www.netcom-journal.com/volumes/articlesV253/Netcom229-248.pdf

VIDAL P., 2011, "Territorialisation de la "convention internet" dans les espaces ruraux", pp.137-164, in NETCOM, vol. 25 (2011), n°3-4, pp. 129-348.

VIDAL P., 2011, "L’aide au développement dans le domaine des TIC : entre logiques techno-marchandes et charity business", pp.89-100, chapitre 4, in Nonjon Alain (ed), L’Afrique des nouvelles convoitises, Ellipses, collection marketing, septembre 2011, 144 p.

VIDAL P., MUS M., 2009, "Les TIC dans l’élaboration de la ville accessible : l’exemple des publics handicapés", FLUX, N°78, Octobre-Décembre 2009, pp. 38-48.